Le bonheur à Maastricht existe encore

Maastricht est le genre de ville qui a tout pour rendre ses habitants heureux. Des collines verdoyantes, une atmosphère conviviale, une gastronomie de haut niveau, des boutiques fantastiques et cette mentalité merveilleusement détendue qui nous souffle à l’oreille : « psst, respire, demain est un autre jour. » Sans surprise, les touristes sont toujours très nombreux à visiter cette destination d’exception. Sauf maintenant, bien sûr. La ville est désormais exclusivement réservée aux habitants. Elle a certes perdu un peu de son charme, suite à l’annulation de tous ces événements vibrants, et ses rues sont bien moins sollicitées que d’habitude, mais elle reste splendide. Nous avons la ville pour nous seuls. Et j'espère que ce privilège ne durera pas longtemps. Que cet ennui pesant se termine très vite et, que toutes les personnes touchées (in)directement par le coronavirus retrouvent leur quotidien d’avant.

Maastricht est silencieuse

La meilleure façon de profiter de ce silence inédit est de sortir, bien entendu. Flâner sur les pavés abandonnés ou contempler la quiétude de la Meuse est une expérience en soi. N’oublions pas de rester raisonnables dans nos déplacements. Bien sûr, on peut s’accorder un petit jogging ou un tour à vélo au petit matin, dans la vallée du Geer. Ces simples activités font déjà beaucoup de bien. En rentrant de cette brève promenade, la déprime est là qui vous attend sur le pas de votre porte. Vous avez peut-être l’impression que les murs de votre maison se resserrent autour de vous. L’un de vos proches vous manque beaucoup.

Comment rester heureux malgré tout et profiter de la beauté de Maastricht ?

Maastricht s’entraide

La solution pour ne pas déprimer, chers lecteurs, est à portée de main. Le secret, c’est la solidarité.

Est-ce vraiment efficace ? Des études en psychologie positive montrent que l'interaction sociale est positionnée dans le haut du classement des meilleurs moyens pour être heureux. Malheureusement, les interactions virtuelles ne remplacent pas complètement les contacts réels. Les échanges en ligne nous rendent moins heureux, car ils nous privent de ce sentiment de lien avec l'autre. C'est pourquoi nous devons utiliser d'autres moyens de connexion. Quelques exemples : faire preuve d’altruisme, agir de manière désintéressée pour aider les autres. L'altruisme est même un double vecteur de bonheur : il rend non seulement la personne aidée heureuse, mais aussi vous-même.

Beaucoup l’ont compris au tout début du confinement. Très vite, des initiatives visant à « aider les autres » ont été mises en place. À Maastricht, des étudiants en médecine ont créé le groupe de « Crew against Corona » et ont apporté leur aide de diverses façons. Des personnes se sont proposées pour discuter par téléphone avec des personnes âgées et leur tenir compagnie ou pour faire les courses de leurs voisins plus à risque.

D’autres initiatives d’entraide pour le secteur de la restauration et les PME ont suivi très rapidement. Le fait que de nombreuses personnes rejoignent, partagent et soutiennent ces initiatives crée un grand sentiment d'appartenance. Un sentiment de lien, qui nous permet de combler un peu le manque social.

Maastricht prend des initiatives

Vous reconnaissez-vous dans ces propos ? Êtes-vous aussi tentés par ce « sentiment de lien », après des semaines à rester chez vous sans voir personne ? Si vous avez envie, vous aussi, d’apporter votre aide aux autres, nous allons parcourir les initiatives déjà lancées à Maastricht.

Vous vous en doutez, notre capitale du Limbourg a également adopté la campagne #supportyourlocal qui se déploie partout dans le monde. Envie d'une bonne bière de Hoppy Brothers, ou d’une petite douceur de chez Patisserie Royal ? Ces commerçants vous livrent leurs produits chez vous. Consultez la page Facebook « Support your Local » et soutenez les indépendants et restaurateurs de la région. Je parie que vous vous sentirez mieux après ça.

Ce n'est pas tout. Découvrez la collaboration entre Maltezer et le café de Zwaan ou celle du Restaurant Ut Lieuwke et Chi Kookt.

Enfin, l’initiative qui, personnellement, me rend très heureuse est le Fab’s Pretpakket. Cette superbe idée réunit pas moins de 14 indépendants, leur permettant ainsi de ne pas se faire oublier. Lorsque vous commandez ce « pack plaisir » (ça se passe ici), vous soutenez à la fois les indépendants qui participent au projet et une partie du montant est reversée à l’association qui combat la solitude des personnes âgées Met je hart voor eenzame ouderen. Et ça, ça fait du bien au moral.

Ce n'est pas encore tout. Le sentiment de lien ne naît pas uniquement lorsque vous aidez quelqu’un d’autre. Vous ressentez ce même sentiment lorsque vous travaillez à la réalisation d’un objectif partagé. Même à distance, Room Escape et Escape Adventures Maastricht l’ont prouvé. En collaboration avec 17 autres escape rooms aux Pays-Bas, ils ont développé un jeu d’évasion en ligne gratuit, accessible à tous : de Verloren Herinnering (La mémoire perdue). Voilà donc belle façon de faire comme si nous n’étions pas loin l’un de l’autre. Ce genre d’expérience vous garantit une sensation feel good et un boost de confiance en vous, surtout lorsque vous atteignez l'objectif avec vos amis. De quoi occuper votre temps seul avec vous-même pendant quelques jours encore.

Et vous, que pouvez-vous faire ?

Ces idées ne vous correspondent pas vraiment ? Vous en voulez d’autres ? En voilà une : lancez votre propre initiative. Si vous préférez commencer plus simplement, fixez-vous l’objectif de faire au moins une bonne action par semaine. Appelez une nouvelle fois votre grand-mère, glissez une carte dans la boîte aux lettres de votre voisin plus âgé ou chantez une chanson sur votre balcon pour tous ceux qui veulent l'entendre. Nous ne sommes pas seuls, chère Maastricht, nous faisons face ensemble. Et dès que vous vous en rendez compte, vous vous sentez beaucoup plus heureux.

Faites preuve d’entraide et de solidarité, jusqu'à revoir vos proches (bientôt, espérons-le) autour d’un verre de vin, au bord de la Meuse.

Cet article a été écrit par Josje Smeets, psychologue du bonheur et créatrice de HelloBetty.nl. « En tant que psychologue du bonheur, je sais et je lis énormément de choses sur l’être heureux. Mon but est que chacun comprenne que le bonheur peut être en partie construit. »