L’Italie en bord de Meuse – Jekerkwartier et centre historique

Maastricht est peut-être la ville la plus italienne des Pays-Bas. Et pour preuve : le riche passé romain que connaît la ville, sans oublier les nombreuses adresses culinaires italiennes. Dans ce blog, Saskia de Ciaotutti.nl vous a déjà donné un petit avant-goût de l'ambiance italienne dans le quartier de Wyck, le Stokstraatkwartier et sur la jolie place Onze Lieve Vrouweplein. Cette fois, elle vous emmène à la découverte des adresses italiennes du Jekerkwartier et du centre historique de Maastricht.

La Koestraat

Saskia : La Koestraat ressemble un peu à une rue d'un village d’Italie, avec ses pavés, ses terrasses accueillantes et ses adresses italiennes. À commencer par le bar à vins Via Mucca (la traduction italienne de « Koestraat », rue de la vache), où vous pourrez déguster des vins en provenance d'Italie et d’autres pays. Une belle sélection de vins italiens, connus et moins connus, vous y est proposée. Un rien plus loin, Tomato propose de délicieuses pizzas et pâtes. Quant aux amateurs de fromage, ils pourront se rendre à l’établissement De Kaasbar, dont le menu comprend plusieurs fromages et vins italiens.

On se croirait presque dans un petit village d’Italie...

Suivez la Koestraat, qui devient le Stenenbrug, et tournez à gauche au bout du Stenenbrug dans la Sint Pieterstraat. À hauteur du Café De Pieter, prenez à droite dans la Lang Grachtje. Sur votre gauche se dressent, dans toute leur splendeur, les vestiges des remparts de la ville médiévale – l'une des charmantes caractéristiques du Jekerkwartier. Au coin de la Sint Hilariusstraat se trouve la maison la plus photographiée de la ville : Huisje Hoogerwaard. On se croirait dans un petit village d’Italie, comme le village de Spello par exemple, en Ombrie...

Au bout de la Lang Grachtje, tournez à gauche et descendez la Grote Looiersstraat, qui ressemble à une place de village en Italie. Tournez à droite dans la Looiersgracht, traversez le petit pont qui enjambe le Geer, continuez le long de la Looiersgracht et une fois sur la place Ezelmarkt, prenez à gauche dans la Kakeberg. Suivez la Kakeberg jusqu'à la petite place située à l’intersection avec la Tongersestraat. À cet endroit, une magnifique fresque murale de Roland Topor orne le mur, à côté d'une statue de Saint-Servais, dont le regard est tourné en direction de Tongres, ville dont il a été évêque avant son séjour à Maastricht. Il s'agit d'une reproduction de la statue de l'évêque qui orne le pont Sint Servaasbrug. De l'autre côté de la rue se trouve le RistoPub Paletti, qui propose de nombreux plats savoureux en provenance du sud de l'Italie. Vous y goûterez surtout des saveurs originaires de la région des Pouilles et de la ville de Naples – des pizzas au four à bois aux panzerotti, des pâtes qui changent tous les jours aux antipasti étonnants.

Passage par le purgatoire...

Suivez la Tongersestraat jusqu'à la place Ezelmarkt. De l'autre côté de la rue, en face de la Toneelacademie – l’école d’art dramatique – prenez la Bouillonstraat. Tournez ensuite à gauche et continuez dans la rue appelée Sint Servaasklooster jusqu'à ce que vous arriviez sur la place Henric van Veldekeplein. Depuis la place, prenez la petite rue située entre l’église Sint Janskerk et la basilique Sint Servaasbasiliek, portant le nom menaçant Het Vagevuur, ce qui signifie le purgatoire. Ne pensez pas trop à la description que fait Dante de ce lieu de purification, car ici, le purgatoire ne vous mène pas en enfer, mais au Vrijthof, la place la plus célèbre de la ville.

Avant de nous y installer, je voudrais vous parler un peu plus de la basilique Sint Servaasbasiliek. Comme la basilique Saint-Pierre à Rome, elle est construite sur la tombe de son homonyme. La dernière demeure de Saint-Servais aurait été autrefois un cimetière romain. Lors de fouilles menées vers la fin des années 1980, les vestiges d'un bâtiment romain avec un bassin d'eau ont été découverts sous le sol actuel. Deux pièces de monnaie romaines y ont également été trouvées. Le Bergportaal n'est pas romain, mais d'apparence très italienne, avec de splendides scènes de la vie de Marie et des sculptures détaillées de personnages bibliques. Le labyrinthe au sol a pour point de départ Maastricht. Les quatre coins sont formés par les villes d'Aix-la-Chapelle, de Cologne, de Rome et de Constantinople ; le centre est le mont du Temple à Jérusalem.

Comme une impression de Venise... sur la place du Vrijthof

Sur le Vrijthof même, vous aurez l’impression d’être à Venise, grâce au restaurant Il Bacaro. Selon la bonne coutume vénitienne, vous pourrez y prendre votre verre de vin ou votre Aperol Spritz accompagné d'une sélection de cicchetti, une sorte de tapas mais alors 100 % vénitiens. Vous pourrez choisir parmi les plats les plus délicieux : baccalà mantecato, sarde in saor, polpette, arrosticini, zucchini fritti, bruschettas... Si vous avez une grande faim, il y a aussi des panini bien garnis et de grandes assiettes de pâtes au menu.

Un bon livre, une bouteille de vin et une visite virtuelle

Quittez le Vrijthof par la Helmstraat. Sur votre droite, vous verrez la place Dominicanerplein, avec la librairie Boekhandel Dominicanen, où vous pourrez vous procurer un bon livre sur l'Italie, histoire de rester dans l'ambiance italienne un peu plus longtemps encore. Au bas de la Helmstraat, vous arrivez sur la Grote Gracht, avec Thiessen Wijnkoopers de l'autre côté de la rue sur la droite – adresse qui, outre un commerce de vins, abrite un trésor de cave à vin et même un vignoble. La partie la plus ancienne de la cave faisait autrefois partie des fortifications de Maastricht. Sur demande, vous pourrez bénéficier d'une visite guidée et/ou assister à une dégustation de vin.

Descendez la Grote Gracht jusqu'au Markt, la place du marché avec son imposant hôtel de ville. Vous n'êtes pas autorisé à y entrer, mais vous y trouverez un magnifique morceau d'histoire italienne. Entre 1735 et 1737, le stucateur italo-suisse Tomaso Vasalli a créé ici plusieurs plafonds magnifiques, notamment dans le bureau du maire. Les stucs de la salle Gagini ont été réalisés par son collègue Pietro Gagini. Sur la cheminée, vous pourrez voir la personnification de la « caritas », la charité. Les murs sont ornés de paysages de montagne entourés de fleurs, d'oiseaux, de putti et de figures mythologiques, dont Vénus, la déesse de la beauté, Diane, la déesse de la chasse, et Amor, le dieu de l'amour. Cela vous dit de les découvrir ? Suivez ce lien pour une visite virtuelle. Dans la vidéo « Grandeur op de Markt » (grandeur sur la place du marché), vous pourrez également jeter un coup d'œil à l'intérieur de l'hôtel de ville.

Un toast à la santé de Mestreech

Depuis le Markt, prenez la Muntstraat, tournez à gauche dans la Mariastraat, puis à droite sur le Kesselskade, pour la dernière étape de cette promenade : Il Fiore (au numéro 59). Ici, la cuisine italienne s'épanouit grâce aux talents culinaires de Dino et à l'hospitalité de Diana. N'hésitez pas à donner carte blanche à Dino, il se fera un plaisir de vous surprendre ! Il adore relever ce genre de défis. Commandez également une bonne bouteille de vin pour porter un toast à la santé de Mestreech – Maastricht en dialecte local. Cin cin !

Envie de découvrir d’autres adresses italiennes à Maastricht ? Découvrez-les toutes dans le guide « City Walk Maastricht – Italië aan de Maas » de Ciao tutti. Vous pouvez le commander en cliquant sur ce lien. Buona passeggiata, bonne promenade !